La Dormition de la Mère de Dieu est la commémoration de la mort, entourée des Apôtres, de la résurrection, et de la glorification de la Marie la Mère de Dieu.[1] C’est l’une des 12 grandes fêtes de l’Église orthodoxe et la dernière du calendrier liturgique (la première étant la Nativité de la Vierge).[2] Elle est célébrée, dans le calendrier liturgique de l’Église, le 15 août. Il y est proclamé que Marie a été « élevée » par Dieu jusqu’au Royaume céleste du Christ dans la plénitude de son existence physique et spirituelle.

 

Nous commémorons et nous nous rappelons à la fois sa Dormition comme pour n’importe quel être humain, parce que tous les hommes meurent dans Adam et ressusciteront dans Christ; et la certitude qu’elle n’est pas restée dans la tombe, car trois jours après la mort, ceux qui ont visité sa tombe ont vu que la Mère de Dieu avait été élevée au ciel. Seuls ses vêtements de cérémonie d’enterrement sont restés dans le lieu saint.

 

Pourquoi cela ? Parce que le corps dans lequel le Verbe de Dieu a été incarné ne devait pas se décomposer mais être élevé au ciel par Dieu le Fils, Jésus-Christ, notre Sauveur. C’est pourquoi en regardant l’icône de la Dormition de la Mère de Dieu nous la voyons entourée par les saints Apôtres, par des hommes et des femmes emplis de foi, aussi bien que par des anges montrant que les anges également adorent la Mère de Dieu qui est plus honorée que les chérubins et que les séraphins.